Teintures naturelles _

En mai, je me suis (enfin) décidée à utiliser mes cônes d’aulne glutineux collectés lors de mes balades dans les Flandres.

Une petite décoction pour commencer: on broie comme on peut, on couvre d’eau, on fait bouillir et on laisse tremper plusieurs jours. Et on obtient un bain de teinture quasiment inépuisable!

L’occasion de teindre des écheveaux de laine,

de vieux tissus chinés et de s’essayer aux shiboris, encore et encore…

Et après une courte trempette dans une soupe de clous pour certains et dans du sulfate de fer pour d’autres, le plaisir de découvrir mille nuances de gris/taupe!

Et vous savez quoi? Et bien cet automne, je repartirai en quête des cônes de cet arbre de plus en plus rare par ici.

Et si la teinture naturelle vous intéresse, ne manquez pas mon (mes?) prochain article dans lequel je vous expliquerai ma rencontre avec cet art et oú je vous partagerai mes glanages et pratiques de débutante!

L’aulne teint.

Vous pourrez aussi aimer

Un commentaire sur “L’aulne teint.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.